logo

Flashback : Quand Nirvana s’est fait jeter de sa propre Release Party pour l’album Nevermind

Publié le 05/06/2020 par Hugues Ranjard
Janis>Ah Bon?!>Flashback : Quand Nirvana s’est fait jeter de sa propre Release Party pour l’album Nevermind>

Flashback : Quand Nirvana s’est fait jeter de sa propre Release Party pour l’album Nevermind

 



 

1991, Nirvana sort son deuxième album, Nevermind, énorme classique et l’un des albums les plus vendus de l’histoire avec plus de 30 millions de copies écoulées. Le groupe tient sa formation définitive avec l’arrivée cruciale de Dave Grohl à la batterie. Le 13 septembre de la même année à lieu la Release Party de Nevermind à Seattle. Nirvana rentrera ainsi dans la petite histoire du Rock pour avoir été les seuls à se faire dégager de leur propre soirée de lancement. À cause de quoi ? Une bataille de nourriture bourré… 

 

 

Un peu de contexte… 


On est le 13 septembre 1991, le label DGC organise la Release Party de Nevermind. À l’époque (où les labels avaient des tunes), les Release Party, c’est-à-dire l’écoute d’un nouvel album à fond et sur gros système son en présence des artistes étaient chose courante. Des personnes influentes de l’industrie musicale y étaient présente ainsi que les potes et familles des artistes.

La soirée de lancement de Nevermind à lieu dans le “Re Bar” à Seattle, maison sacrée de la communauté LGBT, des grunges punk, poètes, drag queens et autres.   

L’affiche de l’événement précise qu’uniquement de la bière y sera servi. Eh ? Oui, à Seattle ils déconnent pas avec la juridiction concernant l’alcool. Avoir une licence de vente d’alcool dur et de cocktails pour les bars était très compliqué. Le “Re Bar” en question était sans cesse surveillé. Avant les années 70, il était d'ailleurs illégal de boire tout en étant debout dans l'état de Washington. Les femmes elles, n'avaient pas le droit de s’asseoir sur les tabourets de bar… 

 

 

Que la fête commence

 

C’est Susie Tennant, représentante de la promo chez DGC qui était l'hôtesse de la fête. De la bière gratuite et des amuse-gueules étaient servis. Bruce Pavitt, le cofondateur du label Sub Pop assurait la sic aux platines. Kurt Cobain, Krist Novoselic et Dave Grohl n’avaient pas fait un tas de publicité et ne voulaient pas trop ébruiter cet événement. 

En arrivant au “Re Bar”, ils seront étonnés de découvrir le club couvert d’affiches de Nirvana. Ils ont dû faire la causette avec diverses personnalités du monde de la musique et signer quelques autographes. Il a été rapporté qu’ils étaient amicaux et parlaient en bien de leur album. 

 


Les petits coquins avaient cependant fait rentrer en douce presque 2 litres de bourbon Jack Daniels qu’ils picolent en cachette… Alors que l’album Nevermind fini de tourner une deuxième fois de suite, les membres de Nirvana (déjà bien fait) supplient de balancer de la disco trash et de la new wave. Bruce Pavitt, très fin connaisseur de musique s'exécute. Tout se sera bien passé pendant 2 heures environ avant que la situation ne dégénère vraiment. 

 

Du chaos, du punk

 



La bouteille de Jack Daniels bien descendue, Kurt, Krist et Dave se mettent à l’action… Ils déchirent toutes les affiches sur les murs. Et puis la nourriture a commencé à voler de partout. 

Krist lance les hostilités en balançant une tamale (papillote amérindienne préhispanique) à la tronche de Kurt Cobain et de Dylan Carlson (vieux copain du groupe et membre du groupe Earth). Kurt ne tarde pas à riposter avec du guacamole en ciblant Krist. 

Au beau milieu de ce chaos de nourriture, quelqu’un s’est aussi dit qu’il serait rigolo de faire rouler des fûts de bières autour du bar. La nourriture volait alors partout sans égards pour les pros de la musique présents à l’événement et dont les costumes se faisaient littéralement asperger de bouffe. 

 

 

Bien avant que la bataille de nourriture commence, une voiture de la WSLCB (Washington State Liquor and Cannabis board) s’était stationnée devant le bar. C’en était trop pour Steve Wells, le proprio du “Re Bar” attrape alors les 3 lascars (ainsi que Bruce Pavitt) et les fait sortir juste à temps pour qu’ils vomissent sur le trottoir. 

Les membres du groupe traînent ensuite dans la rue en se marrant et parlent à travers la fenêtre à leurs potes qui étaient encore à l’intérieur. Krist Novoselic s’en souviendra plus tard en disant : “We were laughing, saying ‘Oh my God, we just got kicked out of our own release party!”

 


Peu de temps après, les gars du WSLCB se sont approchés du bar avec leurs lampes torches. Steve Wells a donc dû déclarer à tout le monde que la fête était finie et à du passer pour le connard de service en dégageant tout le monde. 

Pendant ce temps, les membres de Nirvana et quelques-un de leurs potes avaient sauté dans une limousine que Susan Tennant avait loué pour toute la nuit. Direction le loft voisin de Jeff Ross (un type qui a imprimé plusieurs t-shirts de Nirvana) pour continuer la fête. Ils seront à nouveau vite jetés de cette soirée pour avoir déclenché des extincteurs… 

Dernière virée de la soirée, les trois rockeurs se retrouvent dans la maison de Susie Tennant pour finir la nuit. De nouvelles conneries, cette fois à base de lançage d'œufs, CD, four à micro onde et j’en passe sûrement !... 

Peu de temps après cette fameuse soirée, Nirvana part en tournée. Succès mondial, les critiques sont élogieuses et tous les continents du globe vivent au rythme de Nevermind qui se vendra à plus de 2 millions d’exemplaires avant la fin de l’année. Ce disque est aujourd'hui l'un des plus vendus de tous les temps.

 

avatar

écrit par

Hugues Ranjard

Rédacteur pour Janis, nouveau média 100% musique lancé par LiveTonight

Publié le vendredi 5 juin 2020, mis à jour le vendredi 5 juin 2020

ENCORE CURIEUX ?