logo

L’album 'Em Are I du roi de l’Anti Folk Jeffrey Lewis sortait il y a 11 ans

Publié le 20/05/2020 par Hugues Ranjard
Janis>Culte>L’album 'Em Are I du roi de l’Anti Folk Jeffrey Lewis sortait il y a 11 ans>

 L’album 'Em Are I du roi de l’Anti Folk Jeffrey Lewis sortait il y a 11 ans

 

Jeffrey Lewis sortait il y a 11 ans son cinquième album, 'Em Are I. Ce disque se distingue particulièrement de sa discographie en étant le premier à sortir un poil de l’anti folk punk qu’il affectionne tant pour des morceaux plus pop. Aujourd’hui quarantenaire, propriétaire d’une superbe calvitie, il continue son chemin, peu importe le succès. 


 


Jeffrey Lewis grandit dans une famille hippie et s’intéresse vite à la bande dessinée qu’il pratique encore aujourd’hui. Bien que (malheureusement) peu connu aujourd’hui, il est considéré comme l’un des meilleurs songwritter du moment. En 2001, il est signé chez Rough Trade. Dans son New York à lui, il sort 4 albums auto-produits, (avec un “je m’en foutisme” tape-punk extraordinaire) qui attirent peu d’attentions. Pourtant, ses textes font peut-être parti des plus brillants, intelligents et drôles de sa génération. C’est en 2009 qu’il entame un virage en nous offrant un de ses albums les plus cohérents et unis depuis ses débuts, 'Em Are I. 

Avec cet album, Jeffrey Lewis n’a pas mis l’anti folk de côté, il l’a juste adouci et rendu plus pop et facile d’écoute qu’avant. Il est sur cet album accompagné de sa bande de pote The Junkyards dont fait partie son frère, qui collabore avec Jeffrey depuis ses tout débuts. 

 
 


Ce disque, aussi bon qu’il soit ne propulsera pas vraiment Jeffrey Lewis. C’est le genre de type qui arrête ses concerts en plein milieu pour réciter (entre autres) l’histoire du communisme coréen en étant accompagné de ses bandes dessinées projetées sur un écran. 

 


Le grand talent de Jeffrey Lewis, c’est qu'importe le genre musical employé, ses textes sont toujours aussi percutants. 'Em Are I commence par le morceau Slogans, salement rock, suivi du bijou mélancolique Roll Bus Roll.

 


S’ensuit alors le texte brillant d’If Life Exists, ou il dit : "Eh bien, il est difficile de s'ennuyer trop/ Quand vous choisissez les deux bons accords”. On n’a pas de mal à le croire. 

Le morceau suivant, Broken Broken Heart a des allures plus pop rock sauce années 60. L’album est une véritable montagne russe. Après le super To Be Objectified ou il dit : “Devenir chauve est la chose la plus virile que je n'aurai jamais faite”, Jeffrey se libère et nous rappelle son côté punk anti folk avec le morceau The Upside Down Cross qui commence par l'exclamation : “This song was written by Jack, it’s called The Upside Down Cross”. Que dire ensuite du morceau Bugs And Flowers, une balade mélancolique digne des plus grands. 



Tout en gardant sa formule propre à lui, Jeffrey Lewis réussissait à l’époque un grand coup de chapeau avec 'Em Are I en unissant pop, rock, anti folk, grunge et chansons. 

Concernant ce disque, Jeffrey Lewis disait à l’époque : “'Em Are I est probablement celui pour lequel je me sens le mieux comme représentation d'un album studio bien pensé, où j'ai eu le temps d'obtenir les choses un peu plus comme je le voulais au lieu de me retrouver avec ce que j'ai obtenu par hasard.”



 
avatar

écrit par

Hugues Ranjard

Rédacteur pour Janis, nouveau média 100% musique lancé par LiveTonight

Publié le mercredi 20 mai 2020, mis à jour le mercredi 20 mai 2020

ENCORE CURIEUX ?