logo

La petite histoire derrière Come On, le premier single des Stones.

Publié le 12/06/2020 par Hugues Ranjard
Janis>Culte>La petite histoire derrière Come On, le premier single des Stones. >

La petite histoire derrière Come On, le premier single des Stones. 

 

C’était en 1963, les Stones commençaient déjà à remplir des salles de concert mais devaient encore passer par la case studio et un premier single… Ce sera Come On, un morceau de Chuck Berry qui sera l’heureux élu de la première face A des Rolling Stones. 


 


En avril 1963, Andrew Loog Oldham, publicitaire de 19 ans épluche les clubs de Londres afin de trouver “ses Beatles”. Le 28 avril, il voit pour la première fois les Stones au Crawdaddy Club. Coup de foudre, dès le lendemain, Oldham signe un contrat de management avec les Rolling Stones. On peut le dire, il a trouvé “ses Beatles” à lui. 

À cette époque, les Stones sont encore appelés les Rollin’ Stones, inspiré d’une chanson de Muddy Waters. Les choses s”accélèrent. Le 8 mai, Rick Row, le directeur artistique de Decca fait signer un contrat artistique aux Stones. Rick Rowe est en partie célèbre pour être celui qui a refusé les Beatles. La légende dirait qu’il les aurait rejetés en disant à leur manager Brian Epstein : "Les groupes de guitares sont sur le départ, M. Epstein”... 

On peut dire que Rick Rowe, malgré le refus des Beatles ne s’en est finalement pas trop mal sorti… À l’époque de la signature du contrat, les désormais Rolling Stones sont composés de Brian Jones à la guitare et harmonica, Mick Jagger au chant, Keith Richards à la guitare, Bill Wyman à la basse, Charlie Watts à la batterie et Ian Stewart au piano soustrait du groupe au moment de la signature… “Stu”, souvent appelé le sixième Stones continuera de faire partie du groupe en tant que claviériste et road manager. 

 



Le tout s’enchaine. Seulement deux jours après la signature du contrat, Oldham réserve au studio Olympic une session de 3 heures pour la somme de 40£. Le morceau Come On, sorti par Chuck Berry en 1961 est désigné comme Face A du premier single à venir. Les racines blues viennent d’ici. En écoutant le morceau, Rick Rowe n’est pas séduit et renvoie les Stones en séance d’enregistrement avec un producteur plus qualifié. Après cette deuxième session, c’est cette fois Mick Jagger qui n’est pas satisfait. Finalement, la première version du morceau enregistré le 10 mai sera retenue. 

Le morceau sort finalement le 7 juin 1963 en face A. La face B présente une autre reprise, à savoir I Want To Be Loved de Willie Dixon. Un mois après la parution de ce premier single, les Stones interprètent en playback le morceau Come On pendant l’émission Thank You Lucky Stars le 7 juillet 1963. Ce single se placera tout de même en 21ᵉ position des charts britanniques. En bon manager qu’il était, Andrew Loog Oldham achète plusieurs copies pour faire grimper les ventes. À compter du 7 juillet 1963, les Stones n'interprèteront presque plus jamais le morceau Come On sur scène. La raison est simple, ils le détestent.




 
avatar

écrit par

Hugues Ranjard

Rédacteur pour Janis, nouveau média 100% musique lancé par LiveTonight

Publié le vendredi 12 juin 2020, mis à jour le vendredi 12 juin 2020

ENCORE CURIEUX ?