logo

 Le 3 février 1959, « The Day The Music Died », Quand la mort du rock se joue à pile ou face

Publié le 03/02/2021 par Victor Bouteiller
Janis>Culte> Le 3 février 1959, « The Day The Music Died », Quand la mort du rock se joue à pile ou face>

 Le 3 février 1959, « The Day The Music Died », Quand la mort du rock se joue à pile ou face

 


 « Un avion surgissant de l'ombre s'est écrasé dans un bruit d'enfer
Un avion surgissant de l'ombre m'a privé de Buddy à jamais »

             J'avais deux amis - Eddy Mitchell, 1965

 


En 1959, le rock'n'roll est un tout jeune bébé d'à peine quelques années. Certaines icônes, comme Marlon Brando ou Elvis Presley, contribuent à populariser à la fois le look rock, mais aussi le look et l’attitude qui vont avec. Que ce soit avec un Tramway nommé Désir (1951) pour l'un, ou Jailhouse Rock (1957), succès cinématographique et musical pour l'autre, le rock semble être en bonne voie pour conquérir les 7 continents. Oui mais voilà, la réalité bousille vite les rêves d'une jeunesse rebelle en plein essor ... En 1955, le jeune acteur James Dean, 23 ans, décède dans un tragique accident de la route. Il laisse derrière lui 3 films qui marqueront à jamais l'histoire du cinéma, dont La Fureur de vivre (1955), véritable incarnation de cette jeunesse en crise. 

En 1958, Elvis est au sommet du monde lorsqu'il part, pour 2 ans, effectuer son service militaire en Allemagne de l'Est. D'autres pionniers, comme Jerry Lee Lewis et Chuck Berry, se retrouvent empêtrés dans des affaires judiciaires. Little Richard, quant à lui, met sa carrière de côté et devient pasteur. Enfin, en 1960, le rocker Eddie Cochran, 21 ans, décède dans un accident de voiture. En cette fin de décennie, le rock'n'roll semble donc voir son existence avortée. Mais dans tous ces malheureux événements, un en particulier va marquer un tournant de l'histoire de la musique : Le crash de l'avion de tournée de Buddy Holly, Ritchie Valens, et The Big Bopper, le 3 février 1959, dans l'Iowa. Retour sur l'un des plus grands drames de l'histoire du rock. 

 

 


Un projet ambitieux 


En 1957, Charles Hardin Holley, de son nom de scène Buddy Holly, forme le groupe de rock'n'roll The Crickets, un trio de texans, aux allures de premier de la classe. Dès leur premier album, The « Chirping » Crickets, ils connaissent un succès fou, notamment avec la chanson That'll Be The Day, qui marquera le paysage rock. Ce hit sera le premier titre chanté par les Beatles, en 1958, alors sous le nom de The Quarrymen. On peut donc remercier le jeune Buddy de nous avoir donné les Bealtes ! 

Mais voilà, après le succès avec The Crickets, Buddy rêve d'une carrière solo. C'est donc en cette fin  d'année 1958 qu'il décide de divorcer de ses amis texans. Pour fêter ça, Buddy Holly prépare une tournée dans le Midwest des États-Unis : 24 dates, dans 24 villes, un véritable challenge en plein hiver ! Pour l'occasion, Le rocker à lunettes s’entoure de plusieurs musiciens et divers artistes qui, comme lui, connaissent le succès à l'époque. Parmi eux se trouvent The Big Bopper, qui cartonne avec sa chanson Chantilly Lace, Ritchie Valens, qui domine les charts avec Donna, ou encore le mythique chanteur des années 50, Dion, accompagné par The Belmonts. On avait là le gratin du rock américain, pour une tournée qui s'annonçait prometteuse !    

 

 


La Tournée 
 

Tout semblait bien parti, jusqu'à ce que la tournée débute... En effet, dès le départ de ce projet ambitieux, les problèmes pointes le bout de leur nez : la distance entre les villes est trop longue pour les distances entre les dates (bien joué le coordinateur !), le bus de tournée n'est pas assez équipé pour supporter le froid hivernal de l'est américain, et le chauffage de ce même bus ne trouve rien de mieux que de lâcher. Suite à cela, la grippe se répand dans les membres de la tournée, et certains sont hospitalisés pour des engelures sévères. Grosse ambiance ! On décide alors de troquer le bus contre, attention suspens, un autre bus ! La tournée se poursuit, et durant les concerts, on se soutient et certains musiciens en remplacent d'autres. 

Le 2 février, les organisateurs de la tournée, qui voient le public bondé à chaque concert, trouvent qu'on pourrait gagner encore plus de fric. Alors que la joyeuse troupe de « mister freeze » arrive à Clear Lake, dans l'Iowa, on décide de faire une date le soir même, histoire de faire chauffer les cartes bleues, à défaut de chauffer le bus. Le bus ne convient d'ailleurs plus à Buddy Holly, qui décide de faire venir un avion pour poursuivre la tournée dans de meilleures conditions. L'avion en question, est un Beechcraft 35 Bonanza, qui peut, en plus du pilote, accueillir 3 passagers. 

 

 


Pile ou Face

 

Maintenant, le tout est de savoir qui va avoir sa précieuse place dans l'avion ? The Big Bopper, qui avait chopé la grippe, demande à Waylon Jennings, le bassiste de Buddy, de lui céder sa place. Ce dernier accepte, et Buddy lui dit en plaisantant : « J'espère que vous allez tous vous geler dans votre vieux bus ! ». Ce à quoi Jennings répond : « Eh bien, j'espère que vous allez tous vous écraser dans votre vieil avion ! ». Cette phrase, tristement prémonitoire, hantera Waylon Jennings tout le reste de sa vie... (Tu m'étonnes !). Outre notre ami grippé et Buddy Holly, le guitariste Tommy Alssup cède également sa place au jeune Ritchie Valens (qui a peur de l'avion), après un pile ou face. Quand on pense que Valens doit sa mort à un pile ou face, on peut se dire que le destin voulait que le rock se perde.      
 

 


Le crash

 

Le soir du 11ᵉ concert, qui fut un succès, Buddy Holly et ses deux acolytes embarquent dans le 4 places, en route pour la prochaine ville, pour le prochain concert. La neige tombe légèrement, le ciel est obscurci, les vents sont bons, mais Roger Peterson, qui ne reçoit aucune alerte concernant le temps à venir, est confiant. Nous sommes le mardi 3 février, il est 1 heure du matin, l'avion décolle enfin. Mais voilà que, peu après le décollage, la tour de contrôle ne reçoit aucun appel radio de Peterson, confirmant le bon déroulement du vol. 

Le temps passe et la tour de contrôle s'inquiète (tardivement) du sort de l'avion. M. Dwyer, le propriétaire de la compagnie aérienne décide alors, vers 9 h du matin, de prendre un avion pour refaire le trajet effectué par les 4 loustics. C'est après quelques minutes de vol que Dwyer constate l’impensable. Il aperçoit, près d'un champ, la carcasse pulvérisée de l'avion. Le crash est dû aux conditions météorologiques qui se sont détériorées. Les 4 passagers sont morts sur le coup : Buddy Holly avait 22 ans, The Big Bopper en avait 28, et Ritchie Valens, lui, n'avait que 17 ans. 3 monuments du rock'n'roll, soudainement et tragiquement disparus. Néanmoins, aussi absurde que cela puisse paraître, la tournée ne s'arrête pas, on remplace les défunts par les autres musiciens.  

 

 


Postérité 

 

Cet événement marquera les esprits, encore 60 ans après, marquant au passage la fin d'une époque, celle de l'âge d'or du rockabilly et du rock'n'roll américain. La mort prématurée de Buddy Holly et de Ritchie Valens les feront entrer dans la légende, au même titre que d'autres rockstars disparues prématurément, telles qu'un Jimi Hendrix, Kurt Cobain, ou Janis Joplin. Néanmoins, le tragique destin des jeunes rockers sera une source d'inspiration pour les années à venir, notamment pour Don Mclean, chanteur du mythique tube American Pie, chanson de 8 minutes, qui rend hommage au « Jour ou la musique est morte ».

 

PLAYLIST SPOTIFY : THE DAY THE MUSIC DIED 

 



 
avatar

écrit par

Victor Bouteiller

Rédacteur pour Janis, nouveau média 100% musique lancé par LiveTonight

Publié le mercredi 3 février 2021, mis à jour le mercredi 3 février 2021

ENCORE CURIEUX ?