logo

Le jour où un fan a remplacé Keith Moon à la batterie

Publié le 31/03/2021 par Maxim Ginoux
Janis>Culte>Le jour où un fan a remplacé Keith Moon à la batterie>

Le jour où un fan a remplacé Keith Moon à la batterie

 


L’enfant terrible du rock’n’roll, batteur de génie et musicien incroyable. Keith Moon est considéré par beaucoup comme un des plus grands batteurs du 21ᵉ siècle, doté d’une énergie folle et d’un sens du rythme hors pair.

 

Une image contenant musique, tambourDescription générée automatiquement

 

Ce surdoué de la batterie était très, très porté sur la bouteille et toutes les drogues en général. Il meurt en 1978 à l’âge de 32 ans. Il restera pour toujours le seul et unique batteur de The Who. Sa façon exubérante et innovante de jouer de la batterie le classera au top et il sera respecté de tous. 

Mais il était aussi clairement destructeur et excentrique. À tel point qu’il se verra doté du surnom Moon The Loon, comprendre Moon le déjanté. Une de ses plus grandes frasques, reste lorsqu’il fait littéralement exploser sa batterie avec du C4 en 1967, sans avoir prévenu personne avant. Le tout à la télé, sous les yeux médusés des spectateurs et des autres membres du groupe. Pete Townshend, le guitariste, en gardera des séquelles à vie, déclarant encore aujourd’hui entendre un sifflement dans son oreille gauche.
 

 

Mais on ne va pas parler de cet épisode aujourd’hui, et se pencher un peu plus sur un concert des Who donné en 1973. Le seul jour où un autre batteur a joué avec le groupe.

 

Une image contenant personneDescription générée automatiquement

 

On est le 20 novembre 1973, et Scot Halpin ne le sait pas encore, mais il va vivre une soirée inoubliable. En effet, en plein milieu de la performance, Keith Moon s’écroule sur sa batterie, incapable de jouer, inerte. Halpin est alors sorti de la foule pour prendre sa place. Imaginez un peu la scène. Après la stupeur de voir une de ses idoles tomber dans les pommes, il se voit jouer avec ses trois autres idoles, à savoir Pete Townshend, Roger Daltrey et John Entwistle. 

Cette nuit-là, au Cow Palace de Daly City en Californie, Halpin ne l’oubliera jamais. Pour leur première représentation aux États-Unis de leur tournée Quadrophenia, The Who délivrera une des performances les plus rock de l’histoire de la musique.

C’est leur première donc et Keith Moon s’évanouie sur scène. Selon les rumeurs, une bonne dose de cognac et surtout une quantité monstrueuse de kétamine – tranquillisant pour chevaux – était le cocktail de prédilection de Keith. À cette époque, la drogue ça fait partie du package des groupes. The Who était un des groupes qui consommait le plus avec Led Zeppelin. Il suffit de voir Pete Townshend sur scène pour comprendre qu’il aimait beaucoup la poudreuse de Colombie. Mais cette fois, le cocktail de Keith n’a pas eu l’effet escompté. Plutôt que de l’envoyer au septième ciel, la dose l’enverra dans les bras de Morphée.



Malgré cette dose de cheval, Moon réussi à tenir jusqu’à la quinzième chanson. Après avoir délivré un début de performance plus que médiocre, il s’écroule au milieu de Won’t Get Fooled Again et se fait transporter hors de scène à l’abri des regards. Il reçoit une injection de cortisone et est placé sous une douche froide.

En attendant, Pete Townshend fait patienter le public à coup de blagues et discute avec les gens de la salle. Moon revient finalement sur scène quelque 30 minutes plus tard. Il titube mais veut définitivement jouer. Le groupe entame Magic Bus, mais là encore, en plein milieu Moon s’écroule sur sa batterie, ivre mort et défoncé. 


Une image contenant instrument à cordesDescription générée automatiquement


Le groupe continue de jouer sans batterie, pendant que Moon est transporté en backstage. Artemus Pyle, le batteur de Lynyrd Skynyrd qui avait fait la première partie – quelle époque quand même, voir Lynyrd Skynyrd et The Who dans la même soirée ! – ne veut pas le remplacer, car il ne connait pas les chansons du groupe britannique. Townshend n’a alors que deux solutions. Arrêter le concert. Ou demander à quelqu’un du public de venir jouer.

C’est là que Scot Halpin est monté sur scène. Un de ses amis l’avait désigné et Graham, le promoteur du groupe l’avait entendu. C’était chose faite maintenant il fallait y aller pour Halpin. 

Il racontera plus tard qu’il était terrorisé. Il avait 19 ans à peine et n’avait jamais joué devant un si grand public. Il jouera avec The Who pour 30 minutes, enchainant deux reprises de Howlin Wolf et un morceau original du groupe, Naked Eye. Halpin en gardera forcément un beau souvenir. Il partira du concert avec une veste du groupe et un cadeau bien plus grand, immatériel. 

Scot Halpin mourra finalement en 2008 à l’âge de 54 ans. Sa femme a écrit à Pete Townshend pour lui annoncer le décès de son mari. En tant que musicien qui en respecte un autre, Townshend enverra une lettre de réponse qui sera lue aux funérailles d’Halpin. La musique resserre les liens, la musique rassemble. Même des années plus tard. 





 

avatar

écrit par

Maxim Ginoux

Rédacteur pour Janis, nouveau média 100% musique lancé par LiveTonight

Publié le mercredi 31 mars 2021, mis à jour le mercredi 31 mars 2021

ENCORE CURIEUX ?