logo

Martin Denny, Papa de l’Exotica aurait eu 109 ans aujourd’hui (ou pas)

Publié le 10/04/2020 par Hugues Ranjard
Janis>Culte>Martin Denny, Papa de l’Exotica aurait eu 109 ans aujourd’hui (ou pas) >

Martin Denny, Papa de l’Exotica aurait eu 109 ans aujourd’hui ? (ou pas) 


Martin Denny, ça ne vous dit peut-être rien, pourtant il est une pierre importante ajoutée à l'édifice musical du XXᵉ siècle. Il est le Roi déclaré de l’exotica et de la lounge-music qu’il a popularisé dans le monde entier. De la musique multiculturelle, bonne pour les oreilles. 

 

 

Amérique du Sud, Air force jusqu’à Honolulu

 

Martin Denny, également appelé Papa de l’exotica est né à New York en 1911 mais a grandi à Los Angeles. Il apprend le piano très vite et tourne très jeune en Amérique du Sud. C’est de là que va venir sa grande fascination pour les rythmes latins. 

À travers le temps, sa musique a été appelée lounge-music ou évidemment exotica qui tire ses racines de la culture polynésienne Tiki. Il réarrange  également de vieux morceaux populaires de manière totalement inédite. Pour la faire simple, écouter Martin Denny, c’est littéralement se promener ou siroter un jus de fruits (ou ti-punch) sous les cocotiers en oubliant tous les clichés, suffit d’écouter.

 Sa musique tendre et mélodieuse va être stoppée pendant la Seconde Guerre mondiale et son service dans l’armée de l’air américaine. 

 

 



Après la guerre, Martin Denny découvre les plages d’Honolulu en 1954 grâce à l’aventurier, businessman et vétéran de la Seconde Guerre mondiale Don The Beachcomber (super nom). Il monte un quartet avec entre autres le grand (et autre papa de l’exotica) Arthur Lyman au vibraphone. Lui, utilise ses mains pour se sublimer au piano. 

Martin Denny a été bien aidé par ses copains de l’armée de l’air qui lui rapportait des instruments divers de partout dans le monde, lui permettant ainsi de créer de nouveaux arrangements jamais entendus auparavant. Sa musique crée un grand jus multi vitaminé mélangeant rythmes latins, sonorités du Pacifique du Sud et d’Orient en utilisant des instruments comme les gongs indonésiens ou encore le koto japonais. 


 

Martin Denny, ami des animaux

 

L’exotica de Martin Denny est véritablement né grâce à une découverte peu commune. Alors qu’il jouait avec son groupe dans un bar aux allures tropicales, il se rend compte que des crapauds coassent en même temps que la musique. 

Puis quand ils arrêtaient de jouer, plus un son ne sortait des crapauds. Au début, il se dit “ah, c’est rigolo” puis se rend compte au prochain morceau que pile le même phénomène se produit. Ses compagnons musicaux, pour se marrer se mettent à faire divers cris d’oiseaux tropicaux. 

Sauf que le lendemain, quelqu’un approche Martin Denny et demande que  cette petite plaisanterie soit reproduite en studio. Pendant la répétition, il demande à son groupe de faire différents cris d’oiseaux espacés. Lui s’occupera des bruits de crapauds… Tout cet exotisme a été ajouté à l’énorme succès Quiet Village (morceau original de Les Baxter) présent dans son premier album Exotica sorti en 1957 (eh oui !...) Certifié disque d’or et numéro 1 dans le Billboard Charts. 

 


 

 

Martin Denny et Haruomi Hosono

 

Durant sa carrière, Martin Denny aura enregistré pas moins de 40 albums. L’influence qu’a  été Martin Denny pour Haruomi Hosono est aujourd’hui à bénir. Peut-être n’y aurait-il pas eu la triplette d’albums tropicaux de génies de Hosono sortit entre 1975 et 1978 (Tropical Dandy, Bon Voyage & Co, Paraiso) sans le roi de l’exotica. 

Ça ne s'arrête pas là, la première inspiration du groupe mondialement connu Yellow Magic Orchestra (avec Hosono en frontman) tire son premier succès d’un morceau original de Martin Denny, Firecracker

 

 

Dans le morceau original, Martin Denny utilisait en 1959 un koto japonais. Quelle belle transmission de culture en sachant que 19 ans plus tard, c’est avec de gros synthétiseurs de l’espace que YMO va reprendre ce morceau (et le sublimer). L’idée de base du premier album de Yellow Magic Orchestra était en quelque sorte une tribute à Martin Denny en réalisant de l’exotica électronique. 

 

 

En 2014, Haruomi Hosono disait d’ailleurs : “Les musiciens exotiques appréciaient quelque chose de lointain, de différent. J’essayais de devenir ce monde exotique.” Cette envie d’exotisme se sent bien évidemment dans la musique d’Hosono, et aussi dans ses chemises...

 




 

Après plus de 50 ans de carrière et pas moins de 40 albums studios enregistré, Martin Denny nous quitte en 2005 à 93 ans sous les cocotiers d’Honolulu, sa terre de prédilection. Sa musique lounge, easy listening, multiculturelle et ultra créative font de lui un des plus grands dans son style. Après une cérémonie privée, ses cendres sont jetées dans la mer, pour son plus grand plaisir. 

avatar

écrit par

Hugues Ranjard

Rédacteur pour Janis, nouveau média 100% musique lancé par LiveTonight

Publié le vendredi 10 avril 2020, mis à jour le vendredi 17 avril 2020

ENCORE CURIEUX ?