logo

Guitar Heroes : la nouvelle fournée du 21ᵉ siècle / Chapitre 1 : Jack White, le Willy Wonka de la musique

Publié le 22/03/2021 par Maxim Ginoux
Janis>Series>Guitar Heroes : la nouvelle fournée du 21ᵉ siècle / Chapitre 1 : Jack White, le Willy Wonka de la musique>

Guitar Heroes : la nouvelle fournée du 21ᵉ siècle

 

Quand t’étais petit, tes parents t’ont éduqué à grands coups de vieux vinyles, cassettes et cd rayés. Sur leurs étagères poussiéreuses, tu pouvais voir se côtoyer des grands noms comme les Stones, les Beatles, les Doors… Parmi les génies, il y avait aussi des héros, les dieux contemporains de la guitare de la grande mythologie Musique. Et tes parents sont fiers de cette époque magique et revendiquent qu’aujourd’hui les Héros ont raccroché la guitare…


The Story of Guitar Heroes Tickets | Victoria Hall, Stoke-on-Trent in  Stoke-on-Trent | ATG Tickets
 


Il est temps de réparer cette injustice ! Munis-toi de ton fauteuil le plus confortable et de ta platine vinyle – ça sera toujours mieux que le son mp3 pourri de ton mac – et écoute les héros modernes de la merveilleuse aventure qu’est la musique.

Les Guitar Heroes, ce sont des phénomènes, des musiciens hors normes qui ont simplement perfectionné leur façon de jouer pour devenir, dans leur style, quasiment inégalé. Ils sont apparus à la fin des années 60 avec des mecs comme Jimmy Page, Santana, Jeff Beck ou encore Eric Clapton (qui était surnommé God, rien que ça). Mais le plus connu d’entre tous reste encore Jimi Hendrix qui, en seulement trois albums studios et moins de cinq ans de carrière, a révolutionné le jeu à la guitare et la musique.

Il y en a eu d’autres depuis, mais ils se font rare. Brian May par exemple, Van Halen ou encore Angus Young sont des guitaristes qui ont emmené les solos à leur paroxysme dans leur style. Mais depuis quelques années maintenant, alors qu’on le pensait mort, le rock refait surface. De réels artistes jouent avec de vrais instruments et perfectionnent leur jeu pour en devenir les maitres, les nouveaux héros qui manquaient en ce siècle froid et insensible. 

 

Chapitre 1 : Jack White, le Willy Wonka de la musique

 


Jack White – né John Anthony Gillis – est un musicien multi-facette américain. Il est sur la scène musicale depuis la fin des années 90. Il a débuté dans de petits groupes pour se faire la main comme avec The Upholsterers ou encore The Go. Dès cette époque, son style de jeu est remarquable et remarqué. Il dégage alors une énergie excentrique et déjà un charisme perforant. Il est possédé par la musique qu’il joue et ses solos – même si brouillon à l’époque – font déjà beaucoup de bruit. Il percera vraiment avec son groupe mythique The White Stripes.


Jack White - Le Canal Auditif
 

En 1999, Jack White sort son premier album avec The White Stripes. Son jeu à la guitare est encore frais, mais le son des White Stripes fait déjà échos. Avec des morceaux énergiques et un son bien typique, le groupe se dessine un bel avenir dans l’histoire du rock. 

En 2003, le groupe sort l’album Elephant avec un des morceaux rock les plus connus à ce jour, Seven Nation Army. Le jeu de White à la guitare est devenu absolument incroyable et ne fera que progresser à partir de là. Il fondera deux autres groupes par la suite – The Raconteurs et The Dead Weather – avant de continuer une carrière solo. 


Une image contenant stade, scèneDescription générée automatiquement
 

En plus d’être un guitariste au jeu brut et violent, Jack White joue aussi bien de la batterie, de la basse, de la mandoline ou encore du piano. Il fera de nombreuses collaborations variées comme avec la reine du country Loretta Lynn ou la reine du R&B Beyoncé. Son style est tout aussi complexe et riche, et, même s’il joue principalement du blues rock, il maîtrise aussi le country et le funk.

Sa maison de disque Third Man Records s’implantera physiquement à Nashville dès 2009, où il endossera en plus la casquette de producteur. Jack White relancera la carrière du vinyle en créant une usine juste à côté de ses studios, dans lequel il produit des vinyles parfumés, multicolores, qui se lisent à l’envers ou encore des vinyles à 3 tours par minute, donc simplement impossible à jouer !

Il détient personnellement deux records. Celui du concert le plus court donné le 16 juillet 2007 – record qui sera ensuite annulé par le Guinness Book – et celui de l’album le plus rapidement enregistré et vendu le 19 avril 2014 – moins de quatre heures pour jouer, enregistrer, fabriquer et vendre l’album... 
 

Jack White to attempt "Fastest Record Release" Record on Record Store Day
 

Vous l’aurez compris, Jack White est un artiste aux multiples talents, qui innove constamment avec un jeu à la guitare plus que remarquable. Il est en perpétuel création et renouvellement. Ses performances live sont toujours de grands spectacles, quasi immanquables.

Ses 5 solos les plus remarquables :

 
  • Ball and Biscuit sur l’album Elephant.

  • High Ball Stepper sur l’album Lazaretto.

  • Many Shades of Black sur l’album Consolers of the Lonely.

  • Thunder on the Mountain sur l’album The Party Ain’t Over.

  • Catch Hell Blues sur l’album Icky Thump.
     

Rendez-vous demain pour la suite de la série demain avec le chapitre 2 : Cory Wong, le Funky Master.










 
avatar

écrit par

Maxim Ginoux

Rédacteur pour Janis, nouveau média 100% musique lancé par LiveTonight

Publié le lundi 22 mars 2021, mis à jour le lundi 22 mars 2021

ENCORE CURIEUX ?